Insiders

Une autre Saint-Valentin est possible – Førtifem

Déferlante de bons plans et d'adresses à absolument découvrir !

Førtifem, c’est Jessica Daubertes et Adrien Havet, deux artistes qui se sont unis dans l’art mais aussi dans la vie. Derrière leur univers graphique sombre et froid, des illustrations et des tatouages qui puent la sincérité, l’intelligence et l’humour (à l’image de leurs réponses et de leur Saint-Valentin !). Comme à leur habitude, c’est à quatre mains et avec une vraie générosité qu’ils ont répondu à notre poignée de questions. Le résultat ? Une déferlante de bons plans et d’adresses à absolument découvrir – que vous soyez vegan ou pas !

A quoi votre programme pour célébrer l’amour va-t-il ressembler ?
Le truc c’est que notre anniversaire de rencontre est le 21 février et c’est plutôt ce jour-là qu’on met les petits plats dans les grands pour fêter l’Amour, mais on aime bien faire un petit quelque chose pour la Saint-Valentin quand même, parce que c’est important d’avoir régulièrement une excuse pour manger des trucs bons. Cette année on va aller prendre un petit déjeuner mignon chez Guimi House (48 Rue René Boulanger dans le 10ème). C’est un restaurant de desserts comme à Hong-Kong. Ça va du gâteau de crêpes à la mangue à la gelée d’herbe. C’est un cran au dessus du Bubble-Tea niveau dépaysement et c’est cheesy à souhait. Plus tard dans la journée on ira peut-être prendre un verre, ou rester à la maison à prendre des shots de Jägermeister avec nos chats.

Derrière le kitsch et le gênant de la Saint-Valentin, que reste-t-il ?
Effectivement, c’est un peu suranné pour des jeunes adultes parisiens, ironiques et blasés de notre génération, mais le plus embarrassant c’est peut être les gens qui s’en plaignent et qui pris de panique au dernier moment, finissent par se résigner à offrir la boite de Mon Chéri en forme de Coeur à l’être élu. C’est vrai c’est une norme un peu pressante, mais on va pas se plaindre qu’un jour par an on ait à se sentir forcés de montrer au monde entier qu’on aime quelqu’un ? Autant y voir une opportunité chouette de prendre à contre-pied ce merdier tout en rouge et en satin. Quitte à recouvrir un lit de pétales de pomme de terre pour se taper un grec en amoureux au lit.

Si vous deviez vous dessiner / tatouer un truc romantique / d’amour, ça serait quoi ?
On l’a déjà fait ! C’est hyper gamin et 100% sucre, mais on s’est tatoués l’un l’autre notre pourcentage d’amour, tu sais, ces calculs hyper scientifiques que font les enfants, à additionner les lettres en commun de leur noms prénoms. Ça faisait 53% donc on a tous les deux un 53 ultra mal tapé sur la cheville.

A quoi ressemblait les premiers dessins que vous vous êtes envoyés sur Myspace ?
On s’est rencontrés sur Tumblr, en fait, prenez ça les Millenials. On était abonnés au tumblr de l’autre, et on se repostait les images de l’un l’autre parce qu’on en appréciait l’esthétique. Le truc c’est que Jessica pensait que j’étais suédois, et moi je pensais qu’elle était anglaise. On a bien rit quand on s’est rendus comptes qu’on était tous les deux des enfants de la génération Mitterand. Et on s’est rencontrés et… on s’est plus lachés. Bah du coup, voilà à quoi ressemblait nos tumblr, celui d’Adrien est toujours actif, celui de Jessica un peu moins. Saletés de romantico-goths…

Des artistes / tatoueurs qui arrivent à vous émouvoir ?
Sixo sait tatouer l’amour comme personne. Avec Krull, ils ont ouvert un salon mortel sur Paris, les Maux Bleus. Les partenaires atomiques, Johnny Gloom et Louis Loveless partagent une esthétique aussi froide, vénéneuse que sensuelle. Il y a aussi quelque chose d’hyper voluptueux dans les grosses pièces japonaises de Damien J.Thorn.

Une Saint-Valentin vegan est-elle possible à Paris ? Si oui, où ?
Les restaurants 42 Degrés (109 Rue du Faubourg Poissonnière 9ème) et Gentle Gourmet ( 24 Boulevard de la Bastille 12ème) proposent tous les deux des menus gastronomiques spéciale Saint-Valentin aussi appétissants que beaux, bougies et champagne en prime. C’est aussi une bonne occasion pour tenter le tea time vegan du Shangri-La Hotel (10 Avenue d’Iéna 16ème). Après hein, un bon bouquet de fleurs qu’on enchaine avec un des burgers des copains de chez Eastside Burger ça marche aussi.

Un endroit pour boire des cocktails et se chauffer (pour les couples mais aussi les célibataires) ?
Le Lone Palm (21 rue Keller 11ème) est notre valeur sûre. Des sans-fautes pour tous les goûts avec en prime des serveurs adorables et une ambiance tamisée. Pour les couples qui veulent se la jouer discrets : Le Démon, le bar à cocktail à l’étage de Beaucoup (7 rue Froissart 3ème). Le cadre et l’atmosphère du Fou (37 rue du sentier) que John Whelan a ouvert récemment aussi peut faire des merveilles chez les jolis-coeurs. Sinon l’institution qu’est le Harry’s bar (5 rue Daunou) dans avec sa cave aménagée en piano bar, autour d’un French 75.

Vos 5 restaurants, ceux sans qui vous ne seriez rien ?
Chinatown Olympiades (44 Avenue d’Ivry dans le 13ème) pour les plats Hong-Kongais gargantuesques et pour se joindre aux mariages chinois où les gens finissent tous bourrés à faire du karaoké sur écran géant avec des paquets de clopes et de l’oasis sur la table. Blackbird Pizzeria à Philadelphie (507 S 6th St) un restaurant vegan pour manger less meilleures pizzas et chicken wings barbecues tous régimes alimentaires confondus. Nan Chang, toujours, 143 rue de Charonne toujours, une cantine à brochettes du Jiangxi hyper typique et hyper épicée avec des brochettes et des salades à tomber. Tentez celle de pénis de boeuf pour mourir moins bête, et revenez y pour l’ail sucré. La Buvette (67 rue St Maur) qui est une super cave à manger tenue par Camille, une merveille bourrue qui s’est entourée de fournisseurs de trésors, supers vins, et petites portions de trucs qui défoncent. Din Tai Fung, une chaine Taïwanaise qui fait des Dim Sum qui rendent fou. Le Xia Long Bao auquel tu repenses encore toutes les semaines même 2 ans après. On attend que ça ouvre en France. Bon, aussi, Bonus, c’est de la triche, mais beaucoup trop d’amour pour tous ces repas dans des 7 Eleven en mode « on achète tous les snacks » des fishballs de Hong Kong aux taquitos du Colorado, aux pølse de Bergen. On attend que ça ouvre en France.

Quels sont les derniers petits spots que vous avez chiné et que vous conseillez chaudement ?
Aï Hsu (16 rue Saint-Sébastien dans le 11ème), un mini resto tenu par une chef Taïwanaise qui fait de la cuisine japonaise sur-chouette. Tondo (29 rue de Cotte dans le 12ème), le nouveau restaurant de Simone Tondo après le Roseval, un superbe cadre et rapport qualité-prix imbattable au déjeuner, 25 euros le menu gastronomique, une folie. Enfin, Lychee (51 avenue du Général Michel Bizot) qui vient d’ouvrir, est peut être le resto est aussi peu sophistiqué et dépouillé que ses plats sont dingues. La meilleure cuisine du Nord de la chine qu’on ait pu trouver de mémoire à Paris, tout y est fait maison, ça sent l’amour et l’addition est à chaque fois dérisoire.

On vous invite chaudement à découvrir le travail de Førtifem sur leur site internet !
planche_fortifem

Crédit Photo : Pauline Darley

Albéric Davet
Rédacteur en chef de Bim Magazine